cover-dtc

MOUSEDTC SUR FACEBOOK

« …un vrai sens de la ritournelle électropop. Attention cependant, le goût sucré révèle sa petite part d’acidité. » Novo

“It’s not just a story of music, the Mouse DTC is before everything an attitude! (…) own style really, made from scratch with two main ingredients happiness and feminity” blog SerialDrifter

“ Les paroles sont délicieusement idiotes, les mélodies accrocheuses … de l’électro-pop d’excellente manufacture. ” Longueurs d’Ondes

« Mouse DTC : ça dépote, ça gigote » www.songazine.fr
Lire la chronique

—> Voir le reportage France 3 (28.01.16) <—

MOUSE DTC

18.00 

Debout ! Mouse DTC sort son premier LP. DANS TON CLUB est à écouter debout. Ses vignettes sont à déguster debout. Debout et sans complexe !

DANS TON CLUB est aussi facile et fascinant à écouter que de retourner le dessin d’un cœur pour le transformer en une paire de fesses rebondies. Gosh ! Les trois gaziers de Mouse DTC savent manier autant l’idiotie tapageuse ramonienne que l’incitation aux délices pour adultes et adolescents. Leurs sérénades balancent entre comptine domestique et charge baroque écholalique. Pour les explications, il faudrait recevoir (sous pli anonyme et discret) les pedigrees des deux piliers de la formation.

Hermance Vasodila c’est l’XY de DTC. Maîtresse-chanteuse, plasticienne, elle dynamite dans on shaker Lio, Coronna, Madonna ou Ace Of Base. Madonne-kitchen quasi-démoniaque, elle apporte sa voix aux débats des sonorités brutales de Mouse DTC. Les textes sont tout entier tournés vers le plaisir de plaire. Sans pour autant se complaire
dans une provoc simplette. Ici, la féminité rebat les cartes, livrant rubis sur l’ongle sa propre vison du désir impatient.

Arnaud Dieterlen est l’autre. Le métronome calibré XX. On l’a entendu plus d’une fois frapper aux côtés d’Alain Bashung, Daniel Darc, Rodolphe Burger ou Jad Wio. Il a également accompagné Miossec, ce dernier a livré des textes à la petite souris de Mouse qui y a planté des dents goulues (SOS SS, Debout, DOREMIFACHO). Sans rien oublier de ceux-là, Arnaud lorgne, l’œil aussi roublard que ses peintures, dans ses souvenirs des Stones ou d’AC/DC pour les frappes du DTC.

Ensemble, ils secouent la musique de Mouse DTC, fille unique du gai mariage entre Robert Desnos et Marc Dorcel. Insouciance forcenée en bandoulière, cette variété alternative et clinquante possède un taux d’urgence et de transe qui devrait faire la joie des buvettes de leur futures salle de concert. « Fuckin’ Fuck !! », comme on dit à Washington, D(t)C.

La petite souris DTC laisse ses premières traces de griffes en février 2010. Alsacienne, elle prend momentanément la tangente et grimpe au sémaphore de Ouessant pour y rencontre Christophe Miossec. Ensemble, ils se livrent à de drôles de petits jeux d’écriture. Naissent alors quelques morceaux où l’allitération fait la nique à la morale académique et ose faire rimer SOS avec SS. Un an plus tard, à Belfort (90), douze morceaux sont mis en pièce dans le studio du walliby Peter Crosbie (The Dugities, Sharko). Marianne Maric, artiste photographe (The DØ), pose sa patte sur la réalisation du clip de Ouin Ouin. Ce sera aussi le titre éponyme du premier EP du combo autoproduit et sorti en avril 2012. La même année, le duo devient trio, rejoint par Gilles D., guitariste. On croise la souris callipyge sur le plateau lors d’une résidence scénique sous les œillades de Philippe Prohom, musicien venu du théâtre et compositeur (Olivia Ruiz) au Noumatrouff.

Mouse DTC plonge plus avant son museau dans l’électro-Roll et saupoudre ses frasques de plaisirs turbulents, met en images ses pochades masquées (Ça fout les boules, 2012 – Mon Corps, 2014 – Bonjour et Au revoir, oct. 2014 (tous avec DoItYourself)). Mouse affûte ses quenottes et livre en septembre 2013 Mon Véhicule, son premier EP (CD et digital, autoproduit). Le trou est fait en 2014, Mouse DTC rencontre Marion Noëlle (agence Evermusic, booking Suisse) et le book est booké. On se fait toujours les dents en résidence (Portes du Rock, festival off Rock the Pistes (74) en mars 2014) et, d’un coup de rein aussi indiscipliné qu’un bonobo dans un bordel, sort en décembre un deuxième EP comme un anti-manifeste : Rester Propre (vinyle et digital). En 2015, Mouse s’époumone à ne pas rester sérieuse, défend sa croûte dans les festivals (C’est Dans La Vallée, Sainte-Marie-aux-Mines) et convainc d’un sourire pepsodentaire Médiapop Records d’accueillir son premier LP (distribution La Baleine).

Guillaume Malvoisin

MOUSE DTC
Dans ton CLub
Vinyle 33T

Catégorie :